Moreno Consulting sera présent au salon des 24h pour l’emploi et la formation

09/07/2019
Sandra Fossé, responsable Pôle Ouest
Moreno Consulting

 

Le cabinet de recrutement et de conseil en ressources humaines, Moreno Consulting, participera à la deuxième édition du Salon 24H pour l’emploi et la formation qui se tiendra au Couvent des Jacobins le 19 septembre. Sandra Fossé, psychologue, est responsable du Pôle Ouest pour Moreno Consulting. Entretien.

 

 

Présentez-nous Moreno Consulting… Depuis quand êtes-vous implantés à Rennes ?

 

Moreno Consulting est un cabinet de conseil en ressources humaines, créé en 1965. Nous sommes un acteur historique du recrutement en France et de l’évaluation des hommes et des femmes en milieu professionnel. Nous intervenons aussi sur des métiers du recrutement, c’est d’ailleurs notre signature : « recruter juste », qui recouvre un sens plus large dans notre esprit et c’est naturellement que nous avons développé d’autres expertises comme la gestion des carrières et des compétences (coaching, bilan de compétences, outplacement etc.) mais aussi l’accompagnement au changement pour les entreprises qui vivent des mutations importantes comme une fusion, une croissance ou au contraire une décroissance… Depuis une dizaine d’années, nous travaillons également sur des sujets de santé au travail. Chez Moreno Consulting, nous sommes tous psychologues. Donc assez naturellement, nous nous sommes tournés vers ces métiers. Au total, nous sommes vingt collaborateurs. Nous sommes implantés dans l’Ouest depuis 2006 et à Rennes depuis 2017. Je suis personnellement responsable du Pôle Ouest qui comprend les sites de Rennes et Nantes.

 

Pourquoi participez-vous au salon 24 h pour l’emploi et la formation ?

 

Nous avions participé à la première édition l’an dernier. Moreno Consulting a un partenariat de longue date avec L4M, société organisatrice de ce salon. A Reims, siège historique de Moreno Consulting, nous y participons depuis longtemps. C’est donc logique et cohérent. Etant récemment implantés à Rennes, il nous apparaissait pertinent de nous faire connaître. L’an dernier, la première édition nous a apporté de nombreuses candidatures. Cela nous permet d’avoir une certaine visibilité et d’approfondir notre analyse et notre connaissance du marché de l’emploi du bassin rennais.

 

 

 

 

Quel(le)s entreprises/secteurs ont des besoins en recrutement aujourd’hui ?

 

Les besoins principaux concernent le secteur du bâtiment avec des métiers manuels. Puis l’industrie au sens large, plus particulièrement l’industrie agro-alimentaire pour des métiers plus opérationnels, le secteur des transports et de la logistique (exploitants, affréteurs, manutentionnaires et chauffeurs), le secteur du numérique et plus généralement les fonctions cadres. Avec un taux de chômage à environ 3 % pour ces derniers, les entreprises ont besoin de se faire accompagner pour se différencier et recruter des cadres qui leur correspondent pour les intégrer durablement.

 

Pour quels métiers ?

 

Il s’agit de métiers qui ne sont pas toujours perçus de manière positive et qui sont peu valorisés. Par exemple, dans l’agro-alimentaire, il y a une grosse pénurie sur les métiers d’opérateurs production et même chefs d’équipe. Concernant les transports et la logistique, il y a beaucoup de besoins sur des métiers de conducteurs, exploitants et responsables d’exploitation. Le bâtiment, lui, peine à recruter des plombiers, des électriciens, des plaquistes, des menuisiers… Et sur le volet informatique, il s’agit surtout de développeurs.

 

Est-ce que les entreprises externalisent de plus en plus leur recrutement ?

 

Pas suffisamment, les entreprises françaises méconnaissent l’apport et la valeur ajoutée d’un cabinet conseil en recrutement mais cela dépend de la taille de l’entreprise. Les grands groupes et les grosses sociétés ont leur propre service RH et conservent leur recrutement en interne ; ils font appel à un cabinet de recrutement en dernier recours. Les entreprises plus petites n’ont pas forcément les ressources en interne mais n’ont pas non plus systématiquement les ressources pour externaliser. Ils cherchent avant tout par eux-mêmes et font ensuite appel à un cabinet s’ils rencontrent des difficultés.

 

Quelles sont les entreprises avec lesquelles vous travaillez ?

 

Nous sommes généralistes, nous travaillons dans différents secteurs d’activité, le plus souvent avec des PME et des ETI, entre 100 et 1500 personnes, le cœur de notre cible. Mais cela nous arrive de travailler aussi avec des entreprises de 10 personnes ou de 2000. Je préfère parler de rencontre : est-on en phase sur les façons de faire, sur les valeurs, la méthodologie, les objectifs ?

 

Quelle est la valeur ajoutée d’un cabinet de recrutement ?

 

Chez Moreno Consulting, nous mettons en avant notre expertise en évaluation. Nous utilisons des outils d’évaluation qui sont validés scientifiquement, fiables, et qui nous permettent de nous assurer de l’adéquation entre le candidat, l’environnement et le poste. Nous allons pousser très loin notre analyse du besoin client. Il faut que le candidat convienne à l’entreprise et inversement. Enfin, nous sommes attachés à accompagner humainement l’entreprise et le nouveau collaborateur par un suivi d’intégration physique sur une période allant bien au-delà de la période d’essai, ce que nous appelons du coaching d’intégration. Nous devons créer une rencontre durable entre les deux.

 

Faire carrière à Rennes, pensez-vous que ce soit possible ?

 

Oui tout à fait même si je pense qu’il est nécessaire d’être mobile sur certains métiers. Globalement, c’est possible car Rennes évolue bien, on a de belles entreprises ici.

 

Travailler et vivre à Rennes, le combo gagnant ?

 

Pour celles et ceux qui aiment la vie urbaine, c’est un combo gagnant. Je pense que c’est un peu plus compliqué de vivre en dehors de Rennes et de travailler à Rennes. Rennes attire de plus en plus d’habitants chaque année et tous ne vivent pas en ville. Il faudra probablement mieux penser les infrastructures.

 

 

Partager sur