Me&My Boss : une autre manière de recruter

Me and My boss
Me and My boss

Sébastien Nau est le co-fondateur (avec Katell Hénaff) et dirigeant de Me&My Boss, start up lancée en 2013, basée à Rennes, qui accompagne les TPE-PME du Grand Ouest dans leurs recrutements. Avec son nouvel outil web interactif, Me&My Boss lance une nouvelle manière de recruter et aide à fidéliser les talents.

 

 

Présentez-nous Me&My Boss : à partir de quels constats a-t-elle été créée ?

 

Les TPE-PME qui n’ont pas de recruteurs en interne ont des difficultés à recruter car beaucoup de cabinets proposent des offres à des prix très élevés et pas toujours efficaces. Et puis les chefs d’entreprise n’ont pas de temps à consacrer à cela. Nous avons créé Me&My Boss à Brest en 2013, sur un modèle de start-up dans l’incubateur de Produits en Bretagne, puis avec le Réseau Entreprendre et enfin avec le concours de la French Tech à Rennes. Aujourd’hui, Me&MyBoss est un réseau de conseillers recruteurs qui oeuvrent sur toute la France et plus particulièrement dans le Grand Ouest et qui utilisent un nouveau concept de recrutement.

Nous ne nous adressons pas aux grands groupes mais à des TPE-PME. Sans compétences en interne, elles sont perdues dans la jungle du recrutement, ne savent pas comment rédiger une offre d’emploi ni comment communiquer. Aujourd’hui, recruter au feeling, ça ne fonctionne plus ! Et sur Linkedin, personne ou presque ne répond.

Du côté des candidats, même constat : rien n’a évolué depuis 50 ans, à part le fait d’être passé du papier au digital. On voit toujours les mêmes offres : entreprise en pleine croissance, leader sur son marché, recherche un super commercial pour sa structure. Egalement : si dans 15 jours vous n’avez pas de réponse de notre part, c’est que votre candidature n’a pas été retenue. Ce qui suscite une énorme frustration du candidat. Un fossé de plus en plus grand se creuse ainsi entre les candidats et les entreprises.

 

Quelle est la valeur ajoutée de Me&MyBoss ?

 

Nous avons adopté un positionnement très précis. Aujourd’hui, c’est le grand écart dans l’accompagnement au recrutement : soit vous vous débrouillez seul en achetant une offre d’emploi (coût moyen de 500 euros), soit vous passez par un prestataire spécialisé et il faut compter au minimum 5000 euros. Il n’y a pas d’intermédiaire. Nous pensons au contraire qu’il peut y avoir un juste milieu. Grâce aux outils digitaux, nous mettons l’humain au cœur du dispositif en offrant des prestations d’accompagnement à un prix abordable. Nous avons également une « botte secrète » à travers notre méthodologie de recrutement : Question2Job.

 

En quoi cela consiste-t-il ?

 

C’est un outil web interactif qui redonne de la place à l’humain, aux parcours de chacun. On joue à l’entreprise mystère ou si vous préférez, au recruteur masqué. On transmet au candidat un petit teasing sous forme de storytelling. S’il veut en savoir plus, il répond à une question et en échange, on lui donne un indice. Et ainsi de suite à travers un parcours en 5 étapes qui permet de découvrir l’identité de l’entreprise. Il y a un thème pour chaque indice et chaque thème oblige le candidat à se révéler. Le candidat répond à l’entreprise, qui elle-même répond au candidat. Ce dernier répond sans connaître à l’avance la fiche de poste. Ce qui permet d’obtenir de sa part une réelle authenticité sur ce qu’il est, ce qu’il souhaite. Il est lui-même. Ce qui laisse la chance à beaucoup de candidats. Aujourd’hui, on ne peut plus se baser uniquement sur un CV et une lettre de motivation classique.

Nous avons dépoussiéré le recrutement. Au fil de notre parcours, finalement, le candidat écrit sa propre lettre de motivation, plus personnelle. Quant à l’entreprise, nous devons montrer sa vraie personnalité pour attirer des personnes qui lui ressemblent. C’est un outil qui intègre une méthodologie sur laquelle nous avons travaillé de longs mois et sur laquelle nous travaillons encore.

 

Quel est le retour des entreprises qui découvrent ce nouvel outil ?

 

Retour excellent ! Nous leur permettons également de leur faire gagner du temps grâce à notre logiciel qui nous permet d’émettre des recommandations. Ensuite, on s’appelle, on débat, on échange concrètement. Le processus de recrutement est très transparent.

 

Pour quels métiers vous êtes-vous spécialisés ?

 

Nous travaillons beaucoup dans les domaines du service pour des métiers comme assistant(e) de direction administrative et commerciale, commerciaux, business développeurs, directeurs commerciaux, chargés d’affaires, chargés de communication, contrôleurs de gestion, RH… Chaque recruteur de notre réseau a une spécialité par secteur.

 

Les entreprises externalisent-elles davantage leur recrutement ?

 

Les TPE-PME, oui, parce qu’elles font trop d’erreurs et qu’une erreur de recrutement peut coûter très cher ! Les grands groupes, quant à eux, ont tendance à internaliser et ne confient que des postes ultra-stratégiques à des cabinets de recrutement.

 

 

Faire carrière à Rennes, c’est possible ?

 

Les expériences au sein des entreprises aujourd’hui sont de plus en plus courtes, autour de 3 ans. A Rennes, il y a une vraie volonté des entrepreneurs de capter et de garder les talents qu’ils recrutent. La métropole travaille sur cette question, notamment concernant les développeurs web. Ici, il y a un réseau très solide et peu d’entreprises éphémères.

 

Travailler et vivre à Rennes, le combo gagnant ?

 

Rennes a beaucoup changé avec la nouvelle gare, le Couvent des Jacobins. On a une grande facilité de déplacement, une belle offre culturelle avec de nombreux événements le soir. Nous ne sommes plus qu’à 1h 20 de Paris, c’est très important. Et puis les Bretons, qui sont partout, inspirent confiance à l’extérieur !

Partager sur