BlueKanGo mise sur l’épanouissement de ses collaborateurs

Image d'un assemblage de tetris en bois de toutes les couleurs. Ce qui représente l'esprit d'équipe de Bluekango

BlueKanGo est une société éditrice d’un logiciel QHSE depuis 2002. Historiquement présente dans le secteur de la santé, elle a, depuis, étendu son positionnement à de nombreux autres domaines. BlueKanGo recrute des développeurs et des ingénieurs QHSE pour intégrer son pôle technique. Entretien avec Sylvain Plantard, directeur technique chez BlueKanGo.

 

Photo de Sylvain Plantard, directeur technique chez BlueKanGo.

Sylvain Plantard, directeur technique chez BlueKanGo

 

 

Présentez-nous BlueKanGo…

 

BlueKanGo est une société rennaise créée en 1998, qui compte une quarantaine de collaborateurs. Nous éditons un logiciel QHSE depuis 2002, logiciel proposé via un navigateur web sous forme d’abonnements. Nous comptons aujourd’hui 3200 clients, entreprises et administrations, essentiellement en France (90 % de nos clients) mais nous avons entamé ces dernières années un développement à l’international : au Sénégal, en Côte-D’Ivoire, au Pérou, au Mexique, au Vietnam, au Canada, en Espagne etc.

Historiquement, nous étions présents exclusivement dans le secteur de la santé mais depuis une dizaine d’années, nous avons élargi notre positionnement à d’autres domaines : l’agroalimentaire, les collectivités, l’industrie, la restauration, le BTP…

 

Présentation du logiciel proposé par Bluekango

Quels types de profils recherchez-vous ?

 

La grande partie du recrutement se fait au pôle technique, qui englobe le développement mais aussi toute la partie support assistance et suivi clients. Ces deux dernières années, nous avons dû effectuer 80 à 85 % de nos recrutements sur ce pôle. Nous recherchons essentiellement des développeurs et des ingénieurs QHSE et dans une moindre mesure, des commerciaux.

 

Comment se passe un recrutement chez BlueKanGo ?

 

Après avoir identifié les besoins, nous rédigeons une fiche de poste que l’on diffuse via les canaux standards, Linkedin et l’APEC. Je fais moi-même du sourcing pour dénicher des CV. Concernant les profils QHSE, nous trouvons très souvent ce que nous recherchons. Du côté des développeurs, c’est plus compliqué. Nous pouvons faire appel à un cabinet de recrutement uniquement pour la partie sourcing. Il nous fait suivre les CV. Ensuite, on adapte notre process habituel. Nous restons assez autonomes.

 

Avez-vous des difficultés à recruter ? Si oui, pour quels postes ?

 

 Oui, très clairement pour les développeurs qui sont très difficiles à trouver dans le secteur rennais où sont implantées beaucoup d’entreprises dans le numérique et l’informatique. Ce sont des candidats très rares sur le marché du travail. Il faut trouver les bons arguments pour les convaincre. Chez BlueKanGo, nous mettons en avant la culture de l’entreprise : nous bénéficions d’une très bonne ambiance de travail, avec une équipe qui reste assez restreinte et toujours un esprit start-up. Lors des entretiens, on insiste sur le côté « confort au travail ». Il faut que le candidat se sente épanoui dans ce qu’il fait au quotidien. Nous essayons également d’être cohérents sur l’aspect financier par rapport au marché.

 

Que proposez-vous à vos collaborateurs pour qu’ils puissent s’épanouir au sein de BlueKango ?

 

Nous avons la chance d’être basés à Rennes. Nos ingénieurs qualité peuvent faire un déplacement dans la journée, sans devoir s’absenter plus longtemps. Nous mettons en avant le côté humain et familial. Lorsque j’ai des CV identifiés, je les fais tourner dans les équipes, je fais un premier point téléphonique avec la personne afin de vérifier que ça correspond bien à ses attentes. Ensuite, nous avons un entretien avec un autre collègue pour valider le candidat. Puis un second entretien avec trois personnes de l’équipe qui tournent, pour valider le côté humain. Les candidats perçoivent l’état d’esprit et l’ambiance de notre entreprise. Il est important de partager les mêmes valeurs.

On travaille beaucoup avec la méthode Agile depuis une dizaine d’années ; ce qui signifie d’impliquer les personnes dans les décisions qui sont prises dans la mesure du possible. Le poids de la hiérarchie n’est pas trop lourd chez nous donc chacun peut avoir son mot à dire. Tout le monde peut être écouté, peu importe son niveau ou son expérience ; on autorise aussi le télétravail en fonction des contraintes personnelles et familiales. Nous avons conservé le côté start-up dans la dynamique.

 

Quelle politique de formation appliquez-vous dans votre entreprise pour faire monter vos salariés en compétence ?

 

 

 

On travaille beaucoup en binôme notamment sur la formation interne. Nous effectuons nous-mêmes les formations à nos clients en ce qui concerne les logiciels, formation dont profitent également les nouveaux collaborateurs. Nous disposons aussi de supports d’e-learning en complément, pour les subtilités de nos logiciels. Ces derniers peuvent être complexes quand on rentre dans des paramétrages poussés. Il faut compter six mois pour monter en compétence sur notre logiciel, que ce soit sur la partie qualité ou sur la partie développement.

Et pour se mettre à jour régulièrement des nouvelles tendances, on fait beaucoup de veille. Nous nous rendons chaque année au Breizh Camp à Rennes pour nous tenir informer des nouvelles technologies. BlueKanGo laisse beaucoup d’autonomie à ses collaborateurs, chacun s’informe par lui-même. La veille se fait naturellement.

 

Faire carrière à Rennes, c’est possible ?

 

Oui, je suis moi-même Rennais et j’ai fait toute ma carrière à Rennes. En ce moment, dans le secteur informatique et les services, il y a beaucoup d’opportunités pour les profils qualifiés et les perspectives sont très bonnes pour les années à venir.

 

Travailler et vivre à Rennes, le combo gagnant ?

 

La qualité de vie est très bonne, il nous est arrivé de recruter des profils de la région parisienne qui veulent casser le rythme « métro, boulot, dodo » mais pas seulement : dernièrement nous avons par exemple recruté des profils à Caen. Une ville comme Rennes attire énormément. Et une fois qu’ils sont sur place, ils découvrent avec plaisir toutes les possibilités qu’offre la région.

 

Pour conclure, dites-nous en deux mots pourquoi venir travailler chez BlueKango ?

 

Pour l’humain ! On travaille, toujours dans la mesure du possible, sur l’épanouissement de chacun. L’humain est au cœur de notre entreprise. Nous passons un tiers de nos journées au travail du lundi au vendredi, il faut être heureux de venir travailler. Chez BlueKanGo, on recrute mais on cherche aussi à fidéliser. Je remarque que nous avons un très faible turn-over chez nous. Ça doit être un signe positif quant au confort de travail !

 

Partager sur