Aller au contenu

ATEME recrute des développeurs et testeurs de logiciels H/F à Rennes

Leader mondial de la compression vidéo pour les opérateurs câble, satellite, télécom, terrestre et OTT, ATEME a ouvert ce qui allait devenir son plus grand centre de recherche et développement à Rennes en 2015 avec trois collaborateurs. Aujourd’hui, le site en compte 110 et poursuit son développement avec une perspective de 30 recrutements en 2021. Entretien avec Thierry Marre, Vice-Président et Directeur R&D du groupe.

Pouvez-vous nous présenter le groupe ATEME et plus spécifiquement le centre R&D à Rennes ?

Thierry Marre VP R&D AtemeATEME est une société créée en 1991 qui était à l’origine une société de services dans le domaine de l’aéronautique et de la Défense. Depuis 2007, ATEME a opéré une mutation : désormais, elle développe et vend ses propres produits de production et de distribution vidéo. Nous développons des produits à destination des opérateurs de télévision, en France pour France Télévision et Canal Plus, et à l’étranger. Plus de 90 % de notre chiffre d’affaires est réalisé à l’international. Nos clients sont des chaînes de télévision, des opérateurs de services vidéo et des diffuseurs internationaux. ATEME leur apporte des produits qui leur permettent de transcoder des flux vidéo live ou des catalogues de contenus VoD et d’acheminer le résultat vers les différents écrans de l’usager final : cette transformation technique est LE savoir-faire d’ATEME.

Le site historique du groupe se trouve à Vélizy-Villacoublay en région parisienne. Avec l’acquisition de la société Anevia en 2020, ATEME compte désormais plus de 400 collaborateurs.

A Rennes, le centre R&D emploie 110 personnes. Le site rennais avait ouvert ses portes en 2015 avec trois salariés. C’est dire la croissance de la société en 5 ans ! Il est d’ailleurs aujourd’hui le site R&D le plus important du groupe.

Equipe Ateme bureaux

Vous venez donc de passer la barre des 100 ingénieurs à Rennes et vous continuez de recruter. Sur quels profils ?

Nous recherchons des développeurs et testeurs de logiciels pour les couches applicatives mais également pour les couches de plus bas niveaux. Aujourd’hui, nos produits tournent dans les têtes de réseaux opérateurs. Or ce marché s’oriente de plus en plus vers le processing de la vidéo et sa distribution via le cloud, ce qui offre plus d’élasticité aux opérateurs pour adapter à la demande, de manière plus optimale, leur infrastructure de transformation et d’acheminement de la vidéo. Nous recherchons donc des personnes compétentes sur toutes les technologies du cloud, en particulier des compétences DevOps. ATEME a bien résisté à la crise sanitaire. Elle n’a pas eu d’impact pour nos collaborateurs qui font du développement et test logiciel et qui ont donc pu télétravailler. Nous avons d’ailleurs été identifiés par des analystes du secteur parmi les sociétés les plus résilientes à la pandémie (1). La crise de la Covid a boosté le marché du streaming et la VOD ce qui nous permet de penser qu’elle n’aura pas d’impact sur notre croissance.

Quels sont vos projets de développement en France ?

Dans le domaine de la R&D, nous allons recruter une trentaine de personnes sur notre site rennais en 2021. Notre objectif est de compléter l’intégration des produits Anevia avec ceux d’ATEME et de proposer ainsi une offre de produits plus complète à nos clients.

Equipe femme/homme Ateme

Quels sont les atouts du groupe ATEME et ceux du territoire pour attirer des candidats ?

Nous sommes un groupe à taille humaine. Les prises de décision sont assez rapides et chacun a un accès aisé à la direction. Nos collaborateurs ont le sentiment de faire partie d’une start-up, ils connaissent les décideurs du groupe qui savent aussi rester accessibles. Nous sommes une structure agile, assez peu hiérarchisée. Notre deuxième atout est que nous sommes sur des technologies très innovantes, la transformation de la vidéo, le transcodage, le cloud, l’IA… Nous travaillons sur des standards émergents en avance de phase. De plus, ATEME est une société qui met l’accent sur l’innovation en développant beaucoup de brevets : nous comptons aujourd’hui 52 brevets internationaux.

Pourquoi avoir choisi d’implanter un centre R&D à Rennes en 2015 ?

Il existe à Rennes un écosystème très favorable pour ce type d’activités. Rennes est un bassin historique de la télévision numérique, des télécom, des SI (Systèmes d’Information)… On trouve ici des ingénieurs qui ont toutes ces compétences. Nous sommes également sur un territoire qui compte beaucoup d’écoles d’ingénieurs et d’universités de haut niveau. Il existe aussi tout un tissu de sociétés dans le domaine du développement de logiciels et des produits liés à la high tech et donc un tissu technologique d’ingénierie très propice à la croissance de notre activité.

(1) https://devoncroft.com/tag/pandemic

Partager sur